Valensole

La Provence sur un plateau

ciel dégagé
50%
7 km/h

Plan canicule

A l’approche de l’été, un certain nombre de mesures de prévention sont prises pour aider les personnes isolées, fragiles ou dépendantes de notre commune, à ne pas souffrir des fortes chaleurs.
Ce plan prévention prévoit la tenue d’un registre nominatif des personnes fragilisées, se considérant comme particulièrement exposées aux effets de la canicule. L’inscription sur ce registre confidentiel n’est pas obligatoire. Il s’agit d’une démarche volontaire des personnes qui se sentent vulnérables et isolées.
En cas de fortes chaleurs, des actions rapides et ciblées seront proposées ; en cas de déclenchement du plan de crise « températures extrêmes » entre le 1er juin et le 15 septembre, cette vigilance permet l’intervention des services sanitaires et sociaux. Il permet également de recevoir des appels de courtoisie tout l’été et en période caniculaire, de la part des bénévoles du CCAS, pour rompre l’isolement et vérifier si tout va bien, elles se déplaceront en cas de besoin.

Ce dispositif fait appel à la solidarité : chacun (ami aidant, professionnel), peut inscrire une personne sur le registre.

Pour y être inscrit, il faut avoir plus de 65 ans et résider à son domicile. Les personnes âgées de plus de 60 ans, reconnues inaptes au travail, et les adultes handicapés résidant à domicile sont également concernés.

Le système d’inscription sur le registre nominatif est avant tout déclaratif et aucune pièce justificative n’est exigée.

Vous pouvez vous inscrire, ou actualiser vos données (en cas de changement d’adresse ou de médecin) par ce lien : formulaire d’inscription

Vous pouvez en toutes circonstances contacter le Centre Communal d’Action Sociale de Valensole.

Pour avoir plus d’informations :   https://sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/article/les-vagues-de-chaleur-et-leurs-effets-sur-la-sante

Prévention grand froid :

Une exposition prolongée au froid peut entraîner une hypothermie, des engelures…
Les symptômes de l’hypothermie sont progressifs : chair de poule, frissons,
engourdissement des extrémités, confusion, somnolence, perte de
mémoire, difficulté de langage… sont des signaux d’alarme. En cas de persistance,
ils peuvent nécessiter une aide médicale.

Comment affronter le grand froid ?

  • Éviter les expositions prolongées au froid et au vent, éviter les sorties le soir et la nuit.
  • S’habiller chaudement, de plusieurs couches de vêtements, avec une couche
    extérieure imperméable au vent et à l’eau, se couvrir la tête et les mains, ne pas garder de
  • De retour à l’intérieur, s’alimenter convenablement et prendre une boisson chaude, pas de boisson alcoolisée.
  • Assurer une bonne ventilation des habitations, même brève, au moins une fois par jour ; vérifier le bon fonctionnement des systèmes de chauffage, pièces humidifiées,
    non surchauffées.
  • S’informer de la météo.
  • S’informer de l’état des routes avant de prendre sa voiture. En cas de neige ou de verglas, ne prendre la voiture que si on y est obligé. Emmener des boissons chaudes (thermos), des vêtements chauds et des couvertures, ses médicaments habituels, son téléphone portable chargé.
  • Pour les personnes sensibles ou fragilisées : rester en contact avec son médecin
    et éviter un isolement prolongé.
  • Prévenir le « 115 » si une personne est sans abri ou en difficulté.

 

Quelles sont les personnes les plus sensibles au grand froid ?

  • Les personnes fragilisées ou isolées, notamment les personnes âgées, handicapées, souffrant de maladies cardiovasculaires, respiratoires, endocriniennes ou certaines pathologies oculaires, les personnes souffrant de troubles mentaux ou du symptôme de Raynaud.
  • Les personnes suivant un traitement médical. Certains effets indésirables dus aux médicaments peuvent apparaître en cas de grand froid.
  • Les sportifs et les personnes qui travaillent à l’extérieur.
  • Les enfants.

Partagez cette page

Facebook
Email

EN 1 CLIC